Des roses et des orties

Vers quel monde, sous quel règne et à quel juge sommes-nous promis ?
A quel âge, à quelle page et dans quelle case sommes-nous inscrits ?
Les mêmes questions qu’on se pose
On part vers où et vers qui
Et comme indice pas grand-chose
Des roses et des orties

Les mains peintes, les mains jointes, on se courbe et on remercie
On implore, on s’inquiète et c’est trop tard quand on a compris
Malgré tout ce que l’on ose
Et qui parfois réussit
On ne laissera pas grand-chose
Que des roses et des orties

On est lourd
Tremblant comme les flammes des bougies
On hésite à chaque carrefour
Dans les discours que l’on a appris
Mais puisque on est lourd
Lourd d’amour et de poésie
Voilà la sortie de secours

On se rapproche, on se reparle, on se pardonne et on reconstruit
Le seul monde qui vaille la peine y’aura tout ce qui nous réunit
Et de tout ce qui nous oppose
On en sortira grandi
Et si on laisse peu de choses
Y’aura plus de roses que d’orties

On est lourd
Tremblant comme les flammes des bougies
On hésite à chaque carrefour
Aux discours que l’on a appris
Mais puisque on est lourd
Lourd d’amour et de poésie
Voilà la sortie de secours